Catégories
Générale

Crise Corona, droits et libertés civils, vie privée et barreau

Gestion de cabinet d’avocats en crise Corona (4)

La protection de la vie privée et des droits civils sera une tâche importante pour la profession juridique post-Corona.

L’Europe examine actuellement avec envie la manière dont la pandémie de Covid-19 a été traitée dans des pays tels que Taïwan et Singapour. Et il y a en effet d’importantes leçons à tirer. En particulier, une bonne préparation et une vigilance permanente, et une mise à niveau rapide des installations (masques, tests, lits, …).
Mais nous devons également être conscients que les gouvernements de ces pays sont extrêmement intrusifs. L’acceptons-nous ?

Nous avons une tradition inégalée de droits et libertés individuels en Europe Occidentale. Même « le pays de la liberté », les États-Unis, est parfois très insouciant au sujet de la vie privée. John Macomber (maître de conférences à la Harvard Business School) a récemment décrit dans un article comment nous devrions adapter nos bureaux à la nouvelle réalité. Il ne semble pas voir d’inconvénient à ce que, à l’entrée d’immeubles de bureaux, nos passeports, nos antécédents de vaccination et notre température faciale soient vérifiés systématiquement. Et cela, dit-il, n’est que le début. L’étape suivante consiste à enregistrer au fil des années les endroits où nous allons, l’air que nous y respirons, etc. et ceci systématiquement par reconnaissance faciale.

Au cours des dernières décennies en Europe aussi, nous avons sacrifié une grande partie de notre vie privée. Mais pas tant aux gouvernements pour la défense de notre sécurité comme citoyens, mais aux organisations commerciales répondant à nos besoins de consommateurs. Cependant, ce n’est pas le sujet de cet article.

Jusqu’où sommes-nous prêts à sacrifier notre vie privée au nom de la sécurité (de la santé) ?
Dans quelle mesure sommes-nous disposés à restreindre nos libertés au nom de la même sécurité ?

C’est toujours une recherche d’équilibre. Nous, Européens, pouvons être fiers de notre tradition de préserver cet équilibre, tout en protégeant les droits de chaque citoyen mais sans être aveugles à la sécurité collective et individuelle.

Le confinement actuel est une restriction sans précédent de nos libertés. Une perturbation sans précédent de cet équilibre. Quiconque aurait dit, il y a un ou deux mois que de telles mesures seraient introduites en Europe aurait été accueilli par des rires. On discutera encore beaucoup quant à sa nécessité, mais il est clair que le confinement est en contradiction avec notre culture et nos valeurs. Soyons donc vigilants, une fois que les mesures extrêmes auront été supprimées, de ne plus sacrifier trop facilement nos valeurs fondamentales à la vache sacrée de la sécurité.

La défense de nos droits et libertés a toujours été une tâche importante du barreau. La profession juridique devra être très vigilante dans les années à venir.

 

Cet article est aussi disponible en: NL

Par Ben Houdmont

Ben Houdmont a travaillé pendant de nombreuses années au niveau du management chez Wolters Kluwer (Belgique et Espagne) et chez Larcier-DeBoeck, ses priorités étant le développement de produits/marchés et le marketing. Chez KnowToGrow, son expérience de CEO, d’éditeur juridique et de directeur du marketing forme la base du développement de stratégies innovantes en termes de marketing de contenu. Ces dernières années, Ben a été éditeur du Journal du Médecin, mais il renoue, chez KnowToGrow, avec sa formation juridique (Université d’Anvers et KUL) et en management à la Vlerick Business School. Suivez-le sur Twitter : @benhoudmont