Home > Business development > 6 clés pour amorcer votre transformation comme avocat

6 clés pour amorcer votre transformation comme avocat

Incubateur avocats.be

Ce 21 mars dernier, Anne-Laure Losseau, coach professionnelle et de carrière chez Align Coaching, faisait partie du panel d’experts orateurs du colloque organisé par l’incubateur d’Avocats.be à Liège, sur le thème de « La digitalisation de la profession d’avocat ».

Son intervention abordait cette question sous l’angle de la carrière et du bien-être de l’avocat : elle nous en livre ici l’essentiel, rassemblé autour de 6 clés pour amorcer votre transformation.
.

Un vent de renouveau souffle sur le barreau

L’avènement de l’intelligence artificielle juridique va certes créer un séisme dans la pratique du droit telle que nous la connaissons, toutefois elle ne représente qu’une partie des enjeux actuels.
Elle paraît en tout cas initier un mouvement de changement et l’on observe un vent de renouveau souffler sur la profession. On dirait qu’il y a là un « momentum de réinvention » et c’est pour le mieux. La profession d’avocat, comme toute autre profession, est amenée à évoluer au fil du temps car les clients et les besoins des clients changent. Par ailleurs il faut bien constater qu’en dehors de l’e-mail ayant remplacé le courrier, la pratique de la majorité des avocats n’est aujourd’hui pas fondamentalement différente de celle de leurs confrères du 19ème siècle.

Comment faire face à la peur que provoquent ces perspectives de changement dans la profession d’avocat ?

Comme antidote à la panique, je recommande de les aborder avec curiosité et confiance.
Tout d’abord parce que ce tournant, les avocats vont le négocier ensemble : certains seront plus pionniers/aventureux que d’autres, il y aura des essais, des erreurs aussi, et des ajustements progressifs. Il me paraît clair que les avocats se réinventeront ensemble.

Ensuite, car il ne s’agit pas d’une obligation professionnelle supplémentaire imposée aux avocats mais bien davantage d’un état d’esprit d’ouverture. L’idée est d’être prêt à sortir de temps en temps le nez du guidon et jeter un autre regard sur sa pratique.
On l’a dit, les évolutions dont on parle sont loin de ne concerner que l’intelligence artificielle : il s’agit de changements de paradigmes à différents niveaux qui vont d’un changement dans les voies de communication et de marketing à une réinvention plus en profondeur du modèle économique de l’activité de l’avocat.

Quelques idées pour vous lancer

On peut supposer que cette réinvention la plus profonde, celle du modèle économique, va se faire plus immédiatement pour l’activité de conseil juridique (par opposition au contentieux), activité où d’autres acteurs sont de potentiels concurrents directs.
Ceci dit pourquoi pas, dès maintenant, supprimer les pertes de temps, être plus proche de vos clients, plus réactif, accessible, plus visible ou encore sortir de temps en temps de vos sentiers battus ?
En tout cas, faire évoluer son métier pour mieux servir son client (et vous-même), on peut se dire que c’est plutôt normal et sain.

Voici donc quelques idées pour vous lancer : deux préalables et quatre pistes d’action.

1. Préalable n°1 : Soyez fier de qui vous êtes et de ce que vous faites

Arrêtez de vous excuser. Vous avez travaillé dur pour devenir avocat, vous avez de belles valeurs et vous êtes (certainement) quelqu’un de bien.
Reconnectez-vous de temps à temps à votre « pourquoi », à votre mission : « En tant qu’avocat, qui veux-je aider, comment, et pourquoi : quelle différence j’ai envie de faire dans la vie des gens que croise? ». Votre mission, c’est à la fois ce qui vous porte et vous rend unique.
Il ne s’agit pas de vous exalter dans une confiance en soi survoltée, gonflée aux stéroïdes, mais d’être fier et reconnaissant envers ce qui vous a conduit jusque-là et de continuer à lui faire confiance pour la suite.

2. Préalable n°2 : Soyez un entrepreneur (humaniste)

Vous êtes propre start up du droit !
C’est une question d’état d’esprit. Quel que soit votre âge, votre expérience, la taille de votre cabinet : soyez un entrepreneur (ou intra-preneur) avec une vision : « Qu’ai-je envie de réaliser, d’accomplir, pour moi-même et mes clients, dans 5 ans, dans 10 ans ? ».
Bien entendu, être avocat n’est pas un métier comme un autre et un certain nombre de valeurs spécifiques sous-tendent votre activité, certaines faisant partie de la déontologie, d’autres vous étant propres.
Vous voilà donc un entrepreneur (et une entreprise, aux termes du Code de droit économique), oui, mais sans doute un entrepreneur « humaniste » !
Ces préalables étant posés, abordons quelques idées d’actions concrètes pour vous mettre en mouvement.

3. Action n°1 : Mettez votre client au centre

En tant qu’entrepreneur, votre démarche est de (re)mettre le client au centre de votre activité. Demandez-vous, demandez-lui : « Comment puis-je mieux vous servir ? ». Allez plus souvent manger avec vos clients sans remplir le time sheet. Cultivez la confiance que l’on vous fait !
Connaissez toujours mieux vos clients. Quels sont leurs défis, leurs difficultés, leurs doutes ? Qu’ont-t-ils besoin de savoir (newsletter, invitation à un colloque, flash de mise à jour, veille juridique…) ? Comment pouvez-vous être davantage un partenaire plutôt qu’un mal nécessaire ?
En bref, n’hésitez pas à vous « décentrer » un peu : une des meilleures façons de savoir comment évoluer sera d’observer et d’écouter vos clients et leurs besoins.

4. Action n°2 : Entourez-vous de gens différents de vous-même

Engagez des gens différents de vous qui vont potentiellement poser un regard différent et neuf sur l’activité. Evitez de vous entourer de clones de vous-mêmes ! Osez aller chercher chez vos collaborateurs les habiletés et compétences qui vous manquent, qu’il s’agisse de créativité, d’empathie, de sens du marketing, du networking, ou encore de saine addiction aux nouvelles technologies.

Fréquentez des confrères en réflexion et en mouvement, comme vous, et laissez-vous aussi inspirer par d’autres milieux, d’autres approches (informaticiens, graphistes, entrepreneurs, start ups, chambres de commerce, créatifs, développeurs, IT geeks…).

5. Action n° 3 : Soyez sérieux sans vous prendre au sérieux.

Il s’agit, bien entendu, d’être très sérieux dans ce que vous faites mais d’éviter de vous prendre trop au sérieux : n’oubliez pas de vous remettre en question régulièrement !

Osez questionner les vieilles habitudes ampoulées parfois (votre client a-t-il vraiment besoin pour chaque avis d’une demi-thèse de doctorat rédigée dans votre plus belle littérature ?) (Ceci dit, si vous avez vraiment une belle plume, rien ne vous empêche de vous lancer dans l’écriture d’un roman à vos heures perdues !)

Quelle est, en définitive, votre réelle valeur ajoutée ?

Cultivez au sein de votre cabinet une culture où l’on ose sortir des sentiers battus et où les propositions sont accueillies avec curiosité, ouverture et bienveillance.

Toutefois gardez la tête froide et ne vous précipitez pas pour autant. Evitez le cosmétique « changer pour changer » et n’opérez, effectivement, que les changements qui ont du sens pour vous et votre activité.

6. Action n° 4 : Lancez-vous. Commencez petit. Restez en mouvement.

Pour vous jeter à l’eau, voici déjà quelques petits changements à expérimenter tout de suite.

– Mettez à jour votre site internet : vérifiez que vos informations (et votre portrait) sont actuels, pertinents et cohérents avec votre vision ;

– Commencez à publier/partager sur LinkedIn ;

– Pendant une semaine entière, repérez vos principales sources de perte de temps et d’énergie. Observez, consignez, prenez les actions qui s’imposent et savourez le temps/l’énergie retrouvé(e) ;

– Faites l’essai d’organiser certaines activités, comme des réunions, des consultations ou même des conférences par la voie de videoconférences ou de webinaires par exemple ;

– Si le dossier s’y prête et le client favorable, emportez votre tablette en réunion et avancez ensemble avec votre client (« co-créez » avec lui au lieu de tout faire de votre côté après la réunion).

Conclusions

Concluons en rappelant que, dans cette réinvention comme dans tout, la clé sera toujours de jouer vos forces (car c’est là que vous excellerez toujours naturellement), tout en trouvant régulièrement, dans votre mission ou votre vision, une bonne raison de sortir de votre zone de confort.

Il me reste à vous souhaiter que ce vent de modernité vous porte aussi loin que vous pouvez le rêver, en gardant à l’esprit que certaines choses sont intemporelles :

« Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. » (Sénèque)

Cet article est aussi disponible en: NL

Aussi intéressant
new business models in law
New business models, not technology, will transform the legal industry
Innovating your law firm
Réinventez votre cabinet
Déontologie et marketing d'avocats
L’informatique et la déontologie au secours de la profession d’avocat. Un entretien avec Jean-Pierre Buyle, Président d’AVOCATS.be
AI and law
L’avocat libéré !

Réagir à