Home > Relation client > Aminata Kaké, General Counsel Befimmo, sur le partenariat entre le juriste d’entreprise et les avocats.

Aminata Kaké, General Counsel Befimmo, sur le partenariat entre le juriste d’entreprise et les avocats.

Quatuor Project - Quartier Nord - Jasper Eyers Architects

Sur la photo: Quatuor Project – Brussels North Area, un projet de Jasper-Eyers Architects

En octobre 2017 Aminata Kaké, General Counsel and Secretary General de la société belge Befimmo, recevait à Washington le « Thought Leader of the year award », dans le cadre des « Transformative Leadership awards », organisés annuellement par Inside Counsel magazine.

« The transformative leadership awards » mettent à l’honneur les “general counsels” qui dirigent des départements juridiques dans les entreprises du Fortune 100, ou des entreprises plus petites, dans un contexte politique, économique et juridique changeant. Pour être nominé, il faut avoir un rôle critique dans le succès de son entreprise comme conseiller stratégique, leader d’opinion, innovateur et résolveur de problèmes.
Raison suffisante pour demander un peu de son temps, afin de connaitre ses opinions sur le futur des professions juridiques, et sur la relation juriste d’entreprise – avocat.

Le juriste d’entreprise comme leader d’opinion

Les prix mentionnés sont une indication du nouveau rôle du general counsel. De plus en plus souvent membre du comité de direction, outre son expertise juridique, il ou elle doit également avoir une vision globale sur le contexte sociétal dans lequel son entreprise évolue, les enjeux qui en découle et détecter l’émergence de nouveaux risques et opportunités. Aminata Kaké mentionne, entre autres, les questions éthiques, la RSE, la « cyber sécurité », la gestion des données et l’Intelligence Artificielle.

New ways of working, new ways of living

Befimmo, Société Immobilière Réglementée (SIR), cotée sur Euronext Brussels, est un opérateur immobilier spécialisé en immeubles de bureaux, centres de réunions et lieux de coworking. Comme l’un des plus grands acteurs du secteur en Belgique, Befimmo apporte des réponses adéquates aux besoins actuels et futurs du monde de travail. Elle offre à ses occupants des espaces de travail évolutifs, des services et des réseaux d’entreprises, dans un environnement ouvert à la multifonctionnalité. Dans ce contexte, elle investit dans des projets immobiliers d’envergure répondant à des critères de qualité tels que la localisation, l’architecture, les services et le respect de l’environnement et qui tiennent compte des attentes de ses différents stakeholders.

Animata Kaké, General Counsel Befimmo

Aminata Kaké, General Counsel Befimmo

L’implication du juriste d’entreprise dans ces réflexions stratégiques est fondamentale, afin d’avoir – dès le départ – une vue précise sur les implications juridiques des orientations stratégiques et, une fois le cadre fixé, rechercher la façon la plus appropriée pour mettre cette stratégie en œuvre.

 

Legal Tech

Autre vecteur de changement est évidemment la révolution technologique qui a, finalement, atteint le secteur juridique. Mon interlocutrice est convaincue que les évolutions actuelles sont prometteuses dans ce domaine. Mais en même temps, elle souligne l’importance du processus de formation des plus jeunes juristes.

Elle donne l’exemple d’une App développée en interne par une entreprise IT internationale, permettant à ses commerciaux de conclure eux-mêmes, en quelques secondes et via leurs smartphones, des NDA et divers contrats commerciaux adaptés à chaque client, chaque situation et chaque juridiction. Auparavant ces conventions étaient rédigées par le département juridique. Le gain de temps et d’efficacité est évident, les juristes n’étant plus sollicités que pour la résolution de questions spécifiques ou des cas exceptionnels, pour lesquels leur intervention apporte une réelle valeur ajoutée au business. Mais les jeunes juristes de cette entreprise n’apprennent plus nécessairement à s’interroger sur les fondamentaux de ces conventions et les raisons d’être de certaines nuances.

Un manque de connaissance qui pourrait être néfaste le jour où ils seront, par exemple, appelés à se prononcer dans le cadre d’un litige subséquent. Un enjeu à ne pas négliger selon Aminata Kaké, dans un contexte où l’AI prendra de plus en plus de place, également dans le domaine du droit.

Complémentarité des rôles de juriste d’entreprise et d’avocat

Répondant à la question de son approche en matière de collaboration avec des avocats, Aminata indique qu’elle privilégie l’internalisation de la gestion des dossiers juridiques et préfère investir dans le développement des compétences des juristes « in house ». Les juristes d’entreprise contribuent, en gardant leur indépendance, à la prise de décisions commerciales et stratégiques, et en y apportant leur expertise et leur connaissance de l’entreprise et du contexte dans lequel elle évolue.

Dans la mesure où il est toutefois impossible de rassembler l’ensemble des connaissances juridiques au sein de l’équipe, les avocats apportent, en complément, leur connaissance technique dans les dossiers complexes, et leur expérience acquise dans la gestion de dossiers pour d’autres acteurs économiques. Ils donnent également une seconde opinion dans les dossiers dont les enjeux sont importants.

En ce sens juristes et avocats interagissent en véritables partenaires, complémentaires dans la gestion du risque juridique.

Choix d’avocats

Concernant le choix des avocats, Aminata explique qu’il est principalement fait appel à des avocats – pas des cabinets mais des avocats – du réseau historique de la société et avec lesquels une relation de confiance s’est établie au fil des années, basée sur leur haute expertise technique et leur très bonne connaissance de la société, de son secteur et de sa stratégie.

Le marketing d’avocats: Never take a client for granted

Aminata est très fréquemment sollicitée, que ce soit via des invitations à des présentations ou des formations, des flash memos, des digests, des sessions de brainstorming, qui sont appréciés… et qu’elle reçoit de cabinets avec qui elle ne travaille pas nécessairement.

Elle semble réfléchir un moment et ajoute : « On se demande pourquoi certains partenaires traditionnels restent parfois en retrait. » J’entends un avertissement important : Never take a client for granted.

Les associations

Aminata Kaké est très active dans plusieurs associations professionnelles où elle remplit des mandats aussi bien en Belgique qu’au niveau européen.

Ces associations sont parfois amenées à confier des dossiers à des cabinets, choisis après concertation entre leurs différents membres, permettant de rencontrer de nouveaux partenaires potentiels.
Récemment un cabinet d’avocats s’est vu confier une mission sectorielle dans le cadre de l’implémentation de GDPR pour l’ensemble des membres d’une de ces associations. Les conseils spécifiques éventuels aux membres individuels de l’association étaient ensuite facturés au tarif préférentiel négocié. Tout le monde y gagnait.

Client feedback

A la question de savoir si les avocats avec qui elle travaille organisent un feedback régulier, Aminata me répond que les cabinets en prennent encore rarement l’initiative, mais que Befimmo l’organise spontanément, à chaque fois qu’elle l’estime utile.

Quant à la méthodologie, elle indique que l’entretien personnel est privilégié car permet un véritable échange. Cet entretien pourrait idéalement être complété par un questionnaire avec deux ou trois questions, à la fin de chaque dossier permettant un suivi plus systématisé de la relation client… La culture du feedback systématique dans la relation avocat-client mérite certainement une réflexion.

Transparence du marché juridique

Ma dernière question concerne la transparence du marché : Est-ce que mon interlocutrice, agent bien introduit sur la place, a l’impression de disposer de toute l’information nécessaire pour pouvoir bien choisir ? Est ce qu’elle croit connaitre le marché des avocats ?
« Je connais les autres partenaires potentiels mais cela ne veut pas dire que je sais nécessairement ce qu’ils valent. Mais pour le moment je sais que je suis bien servie. »

Aussi intéressant
marketing pour avocats
Comment les avocats et les cabinets peuvent se faire connaître grâce à des stratégies en ligne et hors ligne.
Legal marketing and knowledfge management
La gestion des connaissances et le marketing chez les avocats, partie 2
knowledge management and legal marketing
La gestion des connaissances et le marketing chez les avocats : au carrefour entre la gestion interne du savoir, le développement commercial et le marketing de contenu
Déontologie et marketing d'avocats
L’informatique et la déontologie au secours de la profession d’avocat. Un entretien avec Jean-Pierre Buyle, Président d’AVOCATS.be

Réagir à